Colloque international du CESHE - Samedi 22 octobre 2016 - Paris

Présentation

Chacun connaît la phrase célèbre – et ô combien terrible – de Georges Orwell, l’auteur de 1984, "Celui qui contrôle le présent, contrôle le passé. Celui qui contrôle le passé, contrôle le futur".

L’enseignement de l’histoire qui, étymologiquement, signifie enquête (Ἱστορίαι, en grec), est le principal savoir où est mise en oeuvre cette redoutable assertion, mais pas uniquement, car la préhistoire aussi - qui se distingue de la première par l’absence d’écrit – n’en est pas moins un lieu privilégié où se révèle aussi cette affirmation d’Orwell. D’où l’importance de la découverte et du déchiffrement de celle-ci pour le progrès des savoirs. Mais que valent au plan de la vérité ces reconstructions du passé, produites par la recherche humaine, faisant intervenir les diverses facultés de l’esprit, et pour quelle finalité ?

Ainsi, Champollion a-t-il vraiment lu les hiéroglyphes ? Sa méthode est-elle la seule clef permettant d’élaborer une véridique histoire de l’Egypte ? A cela s’ajoute le fait que ses successeurs, dans cette reconstruction, vont faire fi de toute référence à la Bible.

De plus, avec l’évolutionnisme, c’est la vision biblique des origines de l’homme qui se trouve délibérément éliminée, récusant toute intervention surnaturelle en résorbant l’histoire des hommes dans celle de la nature. Un retour à la création est-il possible sans se faire taxer d’obscurantisme ?

Mais la sainte Bible, avec ses héros (et ses anti-héros !) est-elle une véritable connaissance du passé, avec ses miracles et autres invraisemblances dont s’est repue la pensée des rationalistes et des modernistes ? Ou bien son étude relève-t-elle uniquement de la foi réduite à une croyance ?

Et pourtant, il est aussi des événements passés qui fécondent encore notre présent et qui nourrissent également notre espérance à la lumière du surnaturel : ainsi le martyre de sainte Jeanne d’Arc, patronne de la France. Le retour de son anneau n’est-il pas le signe que sa mission n’est pas terminée ? Quel regard pouvons-nous porter sur son procès et quel enseignement en tirer ?

C’est pourquoi notre colloque nous donnera des clefs pour nous libérer d’opinions dominantes – alors que 1984 peut à tort nous sembler loin – et qu’il nous permettra ainsi, dans l’union de la foi et de la science, de mieux nous orienter vers la Sagesse, éternelle, mesure de toute chose. Bernanos ne disait-il pas que la mission de la France était de dénoncer l’imposture ?

Programme - Samedi 22 octobre 2016

8h45 : Accueil

9h15 : Présentation du colloque

9H30 : "La lecture des hiéroglyphes à la lumière de Fernand Crombette", Jean-Charles Crémieux, Président du Ceshe.
Après une analyse pointue de ce que sont réellement les écritures pictographiques et alphabétiques, Fernand Crombette propose une lecture renouvelée des hiéroglyphes égyptiens. Grâce à cette clef de lecture, il reconstitue l'intégralité de l’histoire de l’Egypte ainsi que celle des peuples du Croissant Fertile (Crétois, Hittites, Assyriens). Les personnages mentionnés dans l'Ancien Testament ne sont alors plus des mythes et la Bible retrouve sa lumineuse véracité.
Après avoir étudié la méthode de Champollion, trois années durant, Jean-Charles Crémieux compare ces deux perspectives. Il accompagnera son exposé d’un exercice de lecture comparée.

11H00 : "Le chaînon manqué : Pourquoi la théorie de l’évolution est-elle une croyance ?", Philippe Lauria.
Du débat Cuvier-Saint Hilaire, en 1830, aux fantaisies les plus folles de notre temps, la liste des déraisons évolutionnistes est longue… Darwin, mutations, fossiles, généalogies, carbone 14, Big Bang, sédimentologie, Arche de Noé…
Philippe Lauria, docteur en philosophie et en sciences économiques, s’est penché sur chaque aspect de cette théorie, fustigeant les allégations hasardeuses et frauduleuses. Et si finalement le créationnisme n’était pas réservé aux demeurés…

12h30: Repas

14H30 : "Josué, les Juges et la Terre", Jocelyne Tarneaud.
Le conquérant de la Terre Promise n’a pas bonne presse en France depuis Voltaire. Pourtant, Josué, fils de Nûn est une des figures prophétiques les plus accomplies de Jésus. Parce que Moïse est la figure de la Loi, il n’a pu faire entrer le peuple dans la Terre de la promesse. C’est à Josué/Jésus qu’en revient la charge et pour vaincre les sept nations qui occupent Canaan - sept péchés capitaux - le vainqueur de Jéricho n’a pas hésité à arrêter la course du soleil et de la lune, phénomène astral sur lequel Fernand Crombette s’est penché.
Avec l’art du récit qui la caractérise, à l’occasion de la sortie du 4ème volume de sa saga biblique, Jocelyne Tarneaud se propose de décrypter les enjeux théologiques existentiels et sociétaux qui émaillent ces récits bibliques afin qu’ils deviennent à leur tour « lampe à nos pas ».

15H45 : Pause café, échanges et dédicaces.

16H45 : "Le procès de Jeanne d’Arc", Me Jacques Trémolet de Villers.
Le 21 février 1431 s’ouvre l’un des plus fascinants procès de l’histoire, celui de Jeanne d’Arc. Page de surnaturel immiscé dans le naturel… Et si Dieu s’est penché, une fois encore sur sa créature, comme Il le fit jadis pour Judith ou Esther, Il renouvelle ainsi le pacte de Reims, l’alliance du Ciel et de la Terre, du spirituel et du temporel. Peut-être le retour de l’anneau n’est-il d’ailleurs pas étranger à cette nouvelle alliance ?
C’est en homme de loi, en homme de foi aussi, que le célèbre avocat, Jacques Trémolet de Villers, s’est penché sur ce procès dont il vient de proposer une édition critique.

18H15: Clôture.

Coordonnées, inscription et informations utiles

Adresse du Colloque : Ecole Militaire – 1, Place Joffre, PARIS VII° (Amphithéâtre de Bourcet). Métro : Ecole Militaire.

Feuille d'inscription à télécharger au format PDF

Pour des raisons de sécurité, il vous faudra être impérativement muni d’une pièce d’identité conforme aux informations fournies sur votre formulaire d’inscription. Toute personne non inscrite ne pourra pas accéder au site.

2 commentaires

    • Avatar
      philippe.hauvuy@orange.fr
      sept. 12, 2016

      J'ai eu l'occasion de connaître plusieurs études du CESHE-Crombette par mon collègue Jean Quirouard-Frileuse, chevalier de Notre-Dame, abonné à votre revue Science et Foi, et qui nous en livrait à l'occasion des commentaires. Le libre journal de Didier Rochard sur Radio Courtoisie du11 septembre me rappelle à l'ordre ! Les sujets traités au Colloque du 22 octobre m'intéressent vivement, mais mon problème est de savoir s'il y a des déplacements à pied importants depuis le 1 place Joffre car ma santé laisse à désirer à 82 ans. Merci de me le préciser avant de m'inscrire définitivement.

    • Avatar
      Hauvuy philippe
      sept. 12, 2016

      Mon ami Jean Quirouard-Frileuse m'a informé plusieurs fois de vos travaux dont j'ai pu alors mesurer l'intérêt. Je voudrais savoir s'il y a de longs déplacements à faire à pied, vu mes 82 ans ? Merci de me le préciser par mail avant de m'inscrire définitivement.

Laisser un commentaire

* Votre nom :
* E-mail: (Non publié)
   Site web : (Url du site avec http://)
* Commentaire :
Code de sécurité